Faire ou ne pas faire

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la main de l’homme.

Notre époque technique éreinte les faibles. La tentation est forte, pour certains irrésistible, de tout lâcher et vouloir retourner à la simplicité. Ceux-là, précisément, n’ont plus fait depuis longtemps sinon toujours. Car qui fait loue la technologie. Il la suit et si elle lui fait défaut, il la précède, en quelque sorte, par ses expérimentations. Elle fait de lui l’homme toujours nouveau. L’homme de pouvoir. L’homme, c’est une main aurait dit Spengler. A l’opposé, l’impuissant. Celui-là dénigre ce qu’il ne peut suivre tout en jouissant de ses effets. Il est le nihiliste qui a beau jeu de dénoncer le revers de la médaille, comme s’il en existait une qui n’en possédât pas. Surtout, c’est ne pas comprendre que les produits de l’intelligence sont des armes dont la course condamne à mort ceux qui n’en sont plus. Faire, c’est vivre et faire plus c’est défier la mort.

Diatribe radicale, provocatrice ? Hélas non. Nous pouvons comprendre la logique courte qui consiste à prendre le contre-pied à un courant qui apporte avec lui des remous. Mais cette position consiste, si on suit convenablement ses implications, à dépasser les remous en se laissant couler. Car jamais le renoncement à l’effort n’a conduit à autre chose qu’à la perte de tout ce qui fait l’homme : une bête culturelle. Certes, le retour à certaines « traditions », un mode de vie plus naturel, plus simple et sain, des codes prometteurs (qui n’ont jamais fait que promettre) semblent apporter des solutions prophylactiques. Il faut cependant distinguer l’alitement de l’enterrement. Que l’on veuille se porter des soins après avoir reçu des coups, c’est légitime ; qu’on se mette en paix définitivement par l’abandon des outils (nous dirions des armes) est autre chose.

Cet autre chose est un ailleurs mortifère, un fantasme (une époque fantôme), un chant de sirènes qui attire celui qui aspire au repos, mais au repos éternel. Qui plus est, ce repos est inaccessible à son accès, sauf à sa conclusion tragique. La raison ? Le monde est fait de mondes. Il y en aura toujours à vouloir prendre une place, et la liste se dresse en comparant les moyens. Le coeur est décisif, il ne suffit pas toujours : les Amérindiens sont cette leçon.

Quant à la culture, s’il s’agit de formes, la technologie est leur grain. L’écriture fut une telle révolution ; l’imprimerie ensuite ; l’informatique à présent et ce n’est pas fini. Pour ne pas finir, il faut suivre.

Les touches de l’écriture

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur l’édition de soi.

L’édition de soi est un thème qui nous est cher ; c’est aussi, plus prosaïquement, une expression intéressante en ce qu’elle peut suggérer l’idée de mise à jour. Depuis l’outil informatique, la mise à jour est un terme usité couramment. Grâce à l’outil informatique, nous comprenons mieux le fonctionnement de l’homme. Nous le comprenons mieux, ou, plutôt, nous sommes en mesure de mieux le comprendre : pour qui se donne la peine de voir les choses et les surimposer. Ainsi, des analogies se font jour, faisant surgir de nouvelles évidences. Or donc, l’homme est un système ; et comme tout système, il dépend d’un système plus vaste. De même, il faut à l’homme un déclencheur pour s’éditer. Une pression…

Effectuons une mise en abyme pour le jeu et le sens en prenant l’exemple du clavier. En tant que Français, nous avons un clavier azerty. Les modèles les plus étendus ont 104 touches. Nous avons appris l’emplacement des signes. Qui s’interroge de manière critique sur la configuration des claviers ? Qui y voit des implications profondes ? Qui a l’audace de voir autrement ? Qui voudrait faire l’effort de changer d’habitudes ? Ces quatre questions sont lourdes de sens. Nous y répondrons plus tard. Pour l’heure, continuons le jeu.

Le guic démonte, examine, remet en cause, expérimente et remonte à sa manière. Le guic cherche l’amélioration. Concernant le clavier, les contacteurs des touches, leurs formes, leur matière même, leurs couleurs, les lettrages, le circuit électronique et… leur nombre et leur agencement : tout cela procède d’études poussées.

Nous avons procédé à de telles études. Notre clavier comporte 48 touches qui répondent parfaitement à tous nos travaux, et ils sont variés ! Aucun signe ne manque, diacritique, mathématique ou informatique. Certes, il a fallu penser et faire assidûment pendant quelques jours pour rendre la nouvelle chose fondamentalement plus pratique et belle que le clavier classique. Mais non seulement nous possédons désormais un outil plus efficace ; nous avons aussi procédé à notre propre mise à jour ; et toutes nos réflexions s’en sont trouvées enrichies dans l’expérimentation : autrement dit dans l’exploration d’une réalité devenue plus forte.

A suivre…

Projet : LiMA

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente un exercice pratique pour l’instruction en sûreté civique.

Pour servir de travaux pratiques à l’instruction en sûreté civique, le projet LiMA, qui date de 2004, été ressuscité. Il s’agit d’une idée originale et d’envergure. Parce que les temps changent avec une accélération vertigineuse, le projet peut mieux être compris, peut s’imposer par des évidences à présent rendues, et, donc, devenir un objet de réflexions concrètes afin de le rendre à la vie comme des ingénieurs travailleraient à rendre en plans l’idée d’un architecte.

LiMA est l’acronyme de Ligne Maginot anatomique. Tout un programme… Son exposé, les outils pour y travailler, se trouvent ici. Cependant, son accès n’est pas rendu public pour la raison qu’une idée, si elle est lâchée, se trouve tôt livrée à la mauvaise interprétation quand ce n’est pas à la mauvaise foi pour des intérêts inavouables.

Prenons, justement, l’exemple de la Ligne Maginot. Elle est devenue une expression moqueuse pour dénigrer tout esprit de résistance, toute construction solide pour empêcher l’envahissement. On sous-entend qu’il est illusoire de réussir à se défendre, sinon par le mouvement léger, rapide, et donc le sacrifice de certains hommes pour d’autres. Mais alors, pourquoi Alésia n’est-il repris en contre-exemple ? Voici pourquoi.

Comme toujours, l’histoire montre que les responsables des « erreurs » qui coûtent la vie aux Braves leur survivent. Ces responsables se dédouanent en en trouvant d’autres. En l’occurrence, l’héritage de leurs prédécesseurs. Il suffit de « communiquer » : dire sa version de l’histoire… Voici, en deux mots, celle de la Ligne Maginot :

La Ligne Maginot est une fortification due au ministre de la guerre André Maginot après qu’il fût rentré de la première guerre mondiale comme soldat (alors qu’il pouvait se faire exempter). Son mot : « un mur de béton coûtera toujours moins cher qu’un mur de poitrine » sera décisif. Hélas, la mort le rattrapera et le projet sera modifié. Initialement, la Ligne devait être construite à l’intérieur des frontières et non sur celles-ci afin de servir à retarder l’envahisseur pour donner le temps de se préparer à la mobilisation et à la contre-attaque. Comme toujours, les responsables de la débâcle sèmeront l’anathème sur la Ligne qu’ils ont contribué à saboter.

L’on comprendra que la maîtrise de l’information est une notion essentielle, pratique, de tous les jours, pour tout le monde. Chacun a sans doute déjà fait l’expérience de quiproquos aux effets possiblement ravageurs par le phénomène de la rumeur. Le projet LiMA est donc ouvert aux bonnes volontés, celles qui acceptent de se donner un peu de mal (c’est-à-dire de temps) pour comprendre, au moins les raisons de la genèse de l’idée, et la discuter.

Car il est un fait navrant : nos sociétés ne semblent plus constituées que de disputeurs. De commentateurs. De là le réflexe de la dispute « pour exister plus » ; de là aussi notre idée de diplomatie civique pour pacifier les échanges. Les penseurs, les inventeurs nous font cruellement défaut. Mais les bonnes âmes pour discuter profondément des idées aussi.

Le caractère dans la géopolitique

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la géopolitique.

On parle communément de géopolitique en omettant le caractère des hommes alors que ce critère est au sommet des déterminants. Certes la géopolitique influence les caractères, mais ceux-là conditionnent sa mise en place et son maintien.

Avant que la géopolitique n’ait une influence sur le caractère il faut que ce dernier affirme certaines qualités, non seulement dans sa mise en scène, mais jusqu’à sa réalisation et son entretien. Or, le caractère est chose complexe. Il émerge par bien des facteurs pour faire race dans une conception générationnelle du temps.

Si la discipline semble un sujet curieux pour un éditeur, c’est parce que la paideïa n’est plus comprise. L’histoire de l’individu et l’histoire du peuple se rencontrent pour fertiliser l’imagination qui n’est elle-même que la mèche du destin.

Le caractère, c’est en quelque sorte la vision sédimentée, assurée, d’un chemin. Un chemin qu’emprunte nombre de générations… Un chemin qui contraint, nécessairement, mais un chemin qui organise, en la concentrant vers une direction, une masse devenue énergétique. C’est cette masse, caractérisée par sa volonté mise en mouvement, qui construit durablement sa géopolitique.

Sans partage, point de salut. (La dictature de soi est totalitaire.) L’édition devrait retrouver ce rôle civilisationnel qu’incarnait la paideïa.

Du caractère français de la musique militaire

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la musique militaire.

Qui n’a jamais été frappé par le caractère très particulier de la musique des armées lors d’un 14 juillet ?

Loin de la discipline prussienne de la Bundeswehr, de la tradition anglaise, tuniques rouges en rangs serrés ou des chœurs puissants et mélancoliques des armées russes, – la musique militaire française a une tonalité particulière, populaire et légère. Le Professeur Rollin s’en amuse, à raison, dans son dernier spectacle.

Pour l’historien Thierry Bouzard, la Troisième République créa à travers les kiosques publics une musique française partagée par tous. L’appelé sous les drapeaux amenait avec lui ses airs folkloriques qui furent adoptés dans les orchestres puis offerts à l’écoute par les armées au sein des régiments mais aussi dans les représentations publiques. Ce goût des armées françaises pour une certaine légèreté se retrouve dans des airs joyeux et des chansons aux caractères parfois grivois. La tristesse est d’ailleurs cantonnée aux seuls chants de chœurs  destinés à commémorer le sacrifice de soldats ou la terrible défaite de 1870.

Tout cela est écarté lors du défilé du 14 juillet où se rencontrent la musique populaire et les airs de l’Empire ou de la Révolution. Il est d’ailleurs tout à  fait remarquable que ces musiques portent souvent des chants au caractère guerrier affirmé en contraste avec les envolées mélodiques. Le Chant du Départ composé pour le 14 juillet 1794  ne proclame-t-il pas sur un air joyeux et viril « La Victoire en chantant » ? Cet air est l’un des plus populaires à travers l’histoire du pays et ne manque jamais d’être joué lors des grands événements nationaux comme le défilé.

La musique militaire française porte donc l’âme de la France lorsqu’elle est sous les armes. On y reconnaît son caractère populaire, prompt à la joie, prêt au sacrifice, et qui se distingue de bien des musiques à l’esprit sérieux trop sérieux.

Mémoire et biographie

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur l’intérêt de s’écrire.

Il est connu que sans la mémoire l’intelligence ne peut émerger. La mémoire est une latence qui donne au temps son épaisseur. Naturellement liée à l’espace, elle octroie une vision.
Partant, comment mieux s’approprier l’intelligence, c’est-à-dire la vision d’autres, qu’en lisant ou écoutant les mémoires de ceux qui ont vécu ? Beta-Oblique embrasse ce sacerdoce. Nous avons commencé à recueillir des mémoires. Il a fallu auparavant convaincre le humble et le discret, savoir se rendre disponible, créer les conditions de l’écoute, mettre en forme…
Voici notre propos : L’homme qui a vécu certaines époques de certaines manières a quelque chose à dire pour quelqu’un. Quelqu’un va savoir se remplir de son expérience, rencontrer son écho, fortifier son destin. Il ne s’agit pas de publier pour tout le monde ; mais de rendre accessible, en la pérennisant, la vie autrement vouée aux limbes. Cette vie à maintenir vivante possède la force du réel qui échappe aux romans. Dans ceux-ci, il faut faire l’effort de croire aux personnages et à la possibilité des faits, alors que la biographie transporte sans ce genre de résistance. Je crois du reste et pour cette raison au culte des ancêtres comme racine de l’invention ultérieure des dieux. Je ne défendrai pas cette thèse car cela serait beaucoup d’efforts pour une conclusion qui ne scellerait rien : la réalité d’un chemin ne le rend pas meilleur.
Or donc, le livre de soi donne l’opportunité de se livrer, non à tous, mais de manière discriminée, par-delà soi. Ne pas œuvrer à sa mémoire c’est oblitérer son monde de son expérience. Il faut ici comprendre que l’échec œuvre plus à l’intelligence que la victoire.

Certes, l’honnêteté confine à l’autopsie : l’information n’est pas une notion donnée à tout le monde. Le haut-le-cœur guette les moins habitués. Mais l’exercice est formateur.
Ainsi Beta-Oblique rejoint par cet autre aspect de l’édition le cœur de son sujet : l’intelligence…

La question des transcriptions

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la transcription des noms.

Il fut un temps où le Français assimilait l’étranger, c’est-à-dire francisait ses mots. Nietzsche se prénommait ainsi Frédéric et lorsque l’équivalent n’existait pas on appliquait des conventions sur des bases phonétiques. Nous avions donc les Séoud comme les Volkoff et non Saoud ou Volkov à moins d’être Anglais (le v en finale s’assèche en f dans le russe ; l’anglais a ses règles idiomatiques propres). Ce n’est pas parce qu’on croit reconnaître des signes alphabétiques latins qu’ils se prononcent pareillement dans le monde qui en fait usage. Dans le mot « français » on peut voir un c comme dans ivanović qui s’écrit par ailleurs ивановић en serbe et se prononce ivanovitch. Selon la langue, le j se prononce très différemment et dans le français même le cas du c varie selon la voyelle qui le suit. Doit-on en outre parler des lettres qui ne se prononcent pas ou qui sont doublées, si fréquentes dans les patronymes ?

Des traducteurs assermentés appliquent une transcription stricte sur les lettres des noms qu’ils rencontrent, modifiant donc jusqu’au ridicule le rendu des mots, des noms. Peut-on dès lors appeler pour être entendu ? Non, évidemment. Peut-on communiquer entre des systèmes différents de langue si le sens que donne la phonétique est à ce point déformé ? Pas davantage.

Peut-être convient-il de rappeler qu’une écriture sert au transport matériel d’un son. Que, conséquemment, elle se subordonne au son. Le son traduit une idée et l’idée est alors traduite dans la langue. Mais s’agissant des noms, cette traduction n’a pas de sens. Il faut donc s’en tenir au son. Le Russe transcrit les noms sur la base phonétique, et c’est parfaitement logique. En appliquant cette règle il n’y aurait eu la paire Sébastopol – Sévastopol (même si ce cas est courant par les approximations du langage).

L’assimilation est une marque d’intelligence en ce qu’elle nécessite de comprendre avant d’appliquer un préjugement. Elle n’est hélas plus la marque de notre époque qui met en marge ceux qui ne sont pas encore anglais alors que la marge est, encore et de loin, l’Anglais. Cela signifie que la trahison est toujours en cours et qu’elle est loin d’être parachevée. Il est donc temps de se ressaisir en cherchant à comprendre des détails primordiaux.

Obliquer sur la mémoire

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la publication de mémoires.

« Nous n’écrivons pas des Histoires, mais des Vies. » (Plutarque, Vies Parallèles.)

Nous connaissons tous des personnes d’expérience, c’est-à-dire, finalement, des personnages ! Ce sont ces personnes qui ont des choses à dire parce qu’elles ont, comme l’on dit, vécu. Elles ont vécu des événements, des périodes, elles ont participé ou ont été témoins de choses qui font des histoires. Or, les histoires ne sont rien moins que ce qui fait l’âge de l’homme. En un mot, elles constituent l’Histoire ; à ceci près que nous ne sommes pas obligés de faire œuvre de chercheur pour la raison que les mots, les traces et les reliques ont été gommées par le temps.

Il est un défaut que nous avons tous, qui est de considérer davantage le passé lointain que ce qui nous côtoie. C’est un défaut parce que nous négligeons de le retenir quand il en est encore temps et parce que, lorsqu’il n’est plus temps et que tout est devenu incertain, notre propension à révérer le lointain pousse les fantasmes.

Certes, la littérature a la part belle parce qu’elle enjolive et que nous avons certainement besoin de beau. De là les mythes, les romans, les fables. Pourtant, je vois un grave travers au fardage, et ce travers mène tout simplement à l’égarement de notre condition, ni plus, ni moins. C’est ainsi que le courage, l’endossement de la responsabilité, la vision des causes et des effets, la notion même du temps humain, – efficace, pour ne citer que quelques conséquences de ce que l’on nomme de nos jours la communication et qui n’est que du doux mensonge, finit par embrumer les cerveaux. Vouloir le beau sans le faire mène à la perdition.

Contre ce travers, – humain trop humain, il faut une contre-obliquité. Beta-Oblique veut consacrer une partie de sa ligne éditoriale à fixer sur le papier les mémoires humaines avant qu’elles ne passent. Nous contribuerons ainsi à l’Histoire, d’autant plus saisissante qu’elle est vraie ; d’autant plus crédible qu’elle est vraie ; d’autant plus énergisante qu’elle est vraie. Chaque famille a en sa lignée des personnalités remarquables dont les actes sont des exemples. Nous proposons de renouer avec ces vies illustres dans un acte qui constitue une nouvelle forme, contemporaine, d’un « culte des ancêtres ». Le livre se fait mémoire de la vie de l’aïeul, dépouillé de l’exaltation et de la surenchère mystique dont la finalité s’explique parfaitement mais qui demeure hors du champ de ce projet : faire traverser le Temps aux Hommes.

Lecteurs, soyez à l’écoute de nos prochaines publications. Auteurs, nous sommes à votre écoute.

Age de Fer

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur le post-modernisme.

Le déconstructionnisme post-moderne accuse les Humanités de logocentrisme et de phallogocentrisme. Derrida, par ces concepts qu’il a développés, raconte par le menu que la Culture occidentale serait fondée sur la Raison et l’Homme européen. Evidemment il ne s’agit pas ici de faire un simple descriptif, mais d’accuser la Culture occidentale d’opprimer l’irrationalité, la féminité et l’étranger. La Culture occidentale serait donc fondamentalement problématique, nuisible, déviante et immorale. La résultante est tout un ensemble d’attaques sur divers pans de la Culture (mais aussi les personnes). La dernière en date met Homère au ban de la société civilisée (https://www.wsj.com/articles/even-homer-gets-mobbed-11609095872). Le triomphe écrasant du post-modernisme a de quoi susciter le dédain ou un certain mépris chez l’homme éduqué par les Humanités. Ces attaques suscitent l’indignation et une certaine résignation face à ce que beaucoup voient comme un écroulement même de la Culture. Or, il ne s’agit ici que du bélier de l’utilitarisme à l’anglo-saxonne qui vise à la maximisation du bonheur individuel pour le plus grand nombre possible. Afin d’y parvenir il n’est demandé en échange « que » l’abattage d’une Culture dépassée qui gênerait la vue des horizons de ce que certains osent appeler progrès social. Nous pourrions croire les lendemains qui chantent promis par ces sirènes en eaux profondes. Cependant le constat est implacable lorsque l’on observe le monde de demain. La malheureuse réalité de la croissance ininterrompue des pathologies mentales, de la consommation de psychotropes et de l’attrait du sordide indique tout le contraire du bonheur individuel annoncé.

Il faut le reconnaître, le changement de paradigme est saisissant. A la place de la Culture comme expression de la vie arrachée aux turpitudes du temps s’institue la jouissance immédiate de l’expérience individuelle supposément libre de toute servitude.

L’Humaniste est pétri de l’intelligence des siècles. Il comprend toute la tragédie humaine et sait qu’il existe, comme autant de piliers, des fondations solides et inamovibles à la pensée, à la culture et à une certaine Humanité.

Pour chaque pilier abattu, pour chaque mur porteur crevé, on remarque un certain nombre de conséquences invisibles, mais pourtant si tangibles. Le post-modernisme veut abolir la Culture occidentale fondée sur les Humanités pour accoucher d’un esprit apaisé sur son ventre… bientôt englouti par un marché affamé.

Contre ce travail de sape, la simple existence de l’Humaniste suffit à étayer. Il perpétue l’ouvrage collectif qui fait communier les morts aux vivants. Sa pensée, fruit de la somme du travail accumulé par les siècles, développe la Culture en lui apportant son labeur. L’Humaniste est ici, en quelque sorte, un bâtisseur de cathédrale qui sans cesse continue l’ouvrage des siècles pour tenter d’apporter une pierre décisive à une construction qu’il sait dépassant sa simple stature et dont la beauté sera également l’expression la plus intime de ce qu’il conçoit en son esprit. Sa réalisation personnelle est consubstantionnelle à la réalisation de sa Culture. Il  en est le fils mais également le père.

A celui-là qui, souffrant des intempéries d’un temps dont la force fait se fissurer l’Humanisme jusqu’à ses fondations, je l’invite par ce conseil amical, à faire de sa bibliothèque une crypte dans laquelle les pages éclairent et réchauffent l’esprit d’un savoir qui le met en relation avec des contemporains plus sensés. Et il faut reconnaître, pour moi, que Balzac est d’excellente compagnie lorsque je trinque avec Ovide. Je laisse les autodafés et les bûchers aux masses qui cherchent un bouc émissaire aux misères intérieures. Je préfère porter de plus beaux flambeaux…

et quasi cursores vitae lampada tradunt. Lucrece, de Rerum Natura, II,79
Et ils (les mortels) se confient, comme des coureurs, le flambeau de la vie.

Lampadédromie. Louvre
Lampadédromie. Musée du Louvre (Paris)

Variations sur Martial

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente un livre.

Etienne Wolff présente un recueil de traductions plus ou moins fidèles aux mots de Martial, l’auteur piquant de la Rome impériale. Ce travail est passionnant pour nombre de raisons.

Il l’est pour remettre en évidence l’inspiration qu’offrent les mêmes mots à des oreilles diverses, qu’elles se situent dans des espaces ou des temps différents : ce croisement fait source au point d’un crâne. De celui-ci, tel écho émane des mots, qui ne sera pas celui d’un autre. Evidence ? Certes. Mais cette évidence nous donne prétexte à rappeler qu’il convient de se défier de tout ce qui est acquis ou semble l’être, tant le génie provient de la simple capacité à reconsidérer ce qui est quotidiennement sous nos yeux ; ce qui ne se voit précisément plus parce que, pourrait-on dire, la chose fait consensus. En matière de traduction ce consensus est bien sûr illusoire. Tel effet recherché implique telle déformation ; tel autre le recours à un autre vocabulaire, une autre géométrie grammaticale.

Si l’aéronautique moderne a imposé pour ses besoins le terme de géométrie variable, pourquoi ne pas penser sérieusement à une physique linguistique ? Et d’abord à la poétique, non comme un art oiseux, mais au contraire opérationnel qui peut tour à tour obscurcir, élargir, fendre ou fondre un même sujet. Cette idée n’est pas nouvelle ; elle est même couramment employée à dessein. Mais l’occasion nous est donnée ici de mieux en prendre conscience, de mesurer les différences de potentiel sous leurs divers rapports, de voir, enfin, la nature réelle des langages.

Une langue est en effet si naturelle que sa nature même, — seconde nature, passe inaperçue. N’est-il pas stupéfiant de pouvoir exprimer une idée sans même songer un seul instant aux mots à employer ? Et plus encore : à rarement avoir à penser, à préméditer une réponse. Comme si l’idée nous précédait. Comme si nous n’avions qu’à la suivre, sans même sentir sa présence et cependant nous élançant dans l’expression avec une déconcertante assurance. Il n’y a que les poètes à se torturer sur les mots. Pourquoi ? Parce que, probablement, ils savent le pouvoir de la forme. La plasticité de leur forme verbale est assimilable à la prouesse technologique de l’avionneur capable de reconformer un aéronef comme l’oiseau de haut vol use de lenteur ou de vitesse à dessein. Verbaliser est pour chacun une seconde nature ; mais voleter ne fait pas l’oiseau de proie.

Le professeur Wolff livre donc un document dont chacun pourra tirer profit, quel que soit l’angle de vue constitué par notre origine. Tel exemple l’a inspiré ; toutes les facettes qu’il offre sont ainsi des sources qui se répondent dans une unité de questionnement, fondamentale. Que l’Idée prenne le Lecteur à sa suite. Avec toute notre gratitude.