Les touches de l’écriture

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur l’édition de soi.

L’édition de soi est un thème qui nous est cher ; c’est aussi, plus prosaïquement, une expression intéressante en ce qu’elle peut suggérer l’idée de mise à jour. Depuis l’outil informatique, la mise à jour est un terme usité couramment. Grâce à l’outil informatique, nous comprenons mieux le fonctionnement de l’homme. Nous le comprenons mieux, ou, plutôt, nous sommes en mesure de mieux le comprendre : pour qui se donne la peine de voir les choses et les surimposer. Ainsi, des analogies se font jour, faisant surgir de nouvelles évidences. Or donc, l’homme est un système ; et comme tout système, il dépend d’un système plus vaste. De même, il faut à l’homme un déclencheur pour s’éditer. Une pression…

Effectuons une mise en abyme pour le jeu et le sens en prenant l’exemple du clavier. En tant que Français, nous avons un clavier azerty. Les modèles les plus étendus ont 104 touches. Nous avons appris l’emplacement des signes. Qui s’interroge de manière critique sur la configuration des claviers ? Qui y voit des implications profondes ? Qui a l’audace de voir autrement ? Qui voudrait faire l’effort de changer d’habitudes ? Ces quatre questions sont lourdes de sens. Nous y répondrons plus tard. Pour l’heure, continuons le jeu.

Le guic démonte, examine, remet en cause, expérimente et remonte à sa manière. Le guic cherche l’amélioration. Concernant le clavier, les contacteurs des touches, leurs formes, leur matière même, leurs couleurs, les lettrages, le circuit électronique et… leur nombre et leur agencement : tout cela procède d’études poussées.

Nous avons procédé à de telles études. Notre clavier comporte 48 touches qui répondent parfaitement à tous nos travaux, et ils sont variés ! Aucun signe ne manque, diacritique, mathématique ou informatique. Certes, il a fallu penser et faire assidûment pendant quelques jours pour rendre la nouvelle chose fondamentalement plus pratique et belle que le clavier classique. Mais non seulement nous possédons désormais un outil plus efficace ; nous avons aussi procédé à notre propre mise à jour ; et toutes nos réflexions s’en sont trouvées enrichies dans l’expérimentation : autrement dit dans l’exploration d’une réalité devenue plus forte.

A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *