Mémoire et biographie

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur l’intérêt de s’écrire.

Il est connu que sans la mémoire l’intelligence ne peut émerger. La mémoire est une latence qui donne au temps son épaisseur. Naturellement liée à l’espace, elle octroie une vision.
Partant, comment mieux s’approprier l’intelligence, c’est-à-dire la vision d’autres, qu’en lisant ou écoutant les mémoires de ceux qui ont vécu ? Beta-Oblique embrasse ce sacerdoce. Nous avons commencé à recueillir des mémoires. Il a fallu auparavant convaincre le humble et le discret, savoir se rendre disponible, créer les conditions de l’écoute, mettre en forme…
Voici notre propos : L’homme qui a vécu certaines époques de certaines manières a quelque chose à dire pour quelqu’un. Quelqu’un va savoir se remplir de son expérience, rencontrer son écho, fortifier son destin. Il ne s’agit pas de publier pour tout le monde ; mais de rendre accessible, en la pérennisant, la vie autrement vouée aux limbes. Cette vie à maintenir vivante possède la force du réel qui échappe aux romans. Dans ceux-ci, il faut faire l’effort de croire aux personnages et à la possibilité des faits, alors que la biographie transporte sans ce genre de résistance. Je crois du reste et pour cette raison au culte des ancêtres comme racine de l’invention ultérieure des dieux. Je ne défendrai pas cette thèse car cela serait beaucoup d’efforts pour une conclusion qui ne scellerait rien : la réalité d’un chemin ne le rend pas meilleur.
Or donc, le livre de soi donne l’opportunité de se livrer, non à tous, mais de manière discriminée, par-delà soi. Ne pas œuvrer à sa mémoire c’est oblitérer son monde de son expérience. Il faut ici comprendre que l’échec œuvre plus à l’intelligence que la victoire.

Certes, l’honnêteté confine à l’autopsie : l’information n’est pas une notion donnée à tout le monde. Le haut-le-cœur guette les moins habitués. Mais l’exercice est formateur.
Ainsi Beta-Oblique rejoint par cet autre aspect de l’édition le cœur de son sujet : l’intelligence…

L’histoire d’une ville : une introduction

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente un livre classique.

Je ne saurais que trop conseiller la lecture de L’histoire d’une ville en ces temps si modernes : l’expérience du passé romancé par Chtchédrine les éclaire. Cet auteur russe, étudié à l’école, a ce style merveilleux du 19e siècle et le talent de psychologue d’un Balzac. Nous reviendrons peut-être sur ce livre tant il y a à dire. Mais en guise d’introduction, le début suffit à cerner non seulement le sujet, mais aussi l’humour, inénarrable, et la finesse, inédite.

NOTE DE L’EDITEUR

Depuis longtemps je me proposais d’écrire l’histoire d’une ville ou d’un pays pour une période bien déterminée, mais diverses circonstances avaient gêné mon entreprise. La difficulté principale tenait au manque de matériaux tant soit peu authentiques, ou du moins vraisemblables.
Or voici que, fouillant dans les archives municipales de Gloupov, je suis tombé sur une assez grosse liasse de cahiers portant le titre commun de
Chronique de Gloupov. un examen attentif m’a prouvé que ces papiers pouvaient m’aider notablement à réaliser mon projet. Le contenu de la Chronique est pourtant assez monotone. Il consiste presque exclusivement dans la biographie des gouverneurs qui pendant près d’un siècle ont présidé aux destinées de la cité et dans la peinture de leurs exploits : courses en voitures de poste, recouvrement énergique des impôts, campagnes militaires contre les administrés, pavage ou dépavage des rues, taxation des fermiers généraux… Ces misérables indices permettent malgré tout de saisir la physionomie de la ville et d’y observer les répercussions des phénomènes qui, dans le même temps, affectaient les hautes sphères. C’est ainsi que les gouverneurs du temps de Biron se distinguent par leurs folies, ceux du temps de Potemkine par leurs procédés expéditifs, et les contemporains de Razoumovski par une origine obscure et une témérité proprement chevaleresque. Ils se trouvent tous donner le fouet à leurs administrés, mais les premiers le font d’une manière absolue, les seconds justifient cette énergique méthode par les exigences de la civilisation, les derniers enfin expriment à ce propos le souhait qu’en toute chose les populations se fient à l’initiative hardie de leurs chefs. Une politique aussi variée ne pouvait manquer d’influer sur l’état d’esprit des administrés. Dans le premier cas ils tremblaient sans y prendre garde ; dans le second, s’ils tremblaient toujours, ils savaient que c’était pour leur bien ; dans le troisième enfin, ils se haussaient à une sorte de terreur empreinte de confiance. Il n’est pas jusqu’à l’usage intempestif des chevaux de poste qui n’exerçât son influence : la vivacité et la fougue des chevaux pouvaient en effet fournir à l’esprit des habitants le plus tonique des exemples…
La
Chronique est due à quatre archivistes successifs. Elle s’étend de 1731 à 1825. Il semble qu’à partir de cette date les archivistes eux-mêmes durent renoncer à toute activité littéraire.
Extérieurement la
Chronique a l’aspect le plus convaincant. Je veux dire qu’aucun doute n’est permis sur son authenticité. Les feuilles en sont aussi jaunes, aussi enluminées de gribouillages, aussi rongées des souris, aussi déshonorées par les mouches que les feuillets de n’importe quel monument du « Fonds Pogodine ». On le sent bien, une sorte de Pimène archiviste a veillé sur ces folios. A la lumière tremblotante d’une chandelle il a mené son œuvre à bien, puis il a su la préserver de l’universelle curiosité de MM. Choubinski, Mordovtsev et Melnikov.
L’ouvrage est précédé d’un appendice particulier, ou « liste », composé semble-t-il par le dernier chroniqueur. En annexe se trouvent les documents justificatifs. Ce sont les cahiers d’écolier remplis d’exercices originaux sur divers thèmes de théorie administrative. On trouve ainsi des réflexions sur « l’unanimité des gouverneurs en matière d’administration », sur « l’agrément de figure des gouverneurs », sur « le bénéfice moral de la répression » (illustré), ainsi que des méditations « sur le recouvrement des impôts », sur « le temps des vicissitudes », et enfin un assez vaste traité « de la sévérité ». On est en droit d’affirmer que ces exercices sont dus à la plume de divers gouverneurs, dont certains ont du reste signé ces ouvrages. ils ont la particularité précieuse de refléter très fidèlement l’orthographe du temps et de peindre leurs auteurs d’une façon plus complète, plus probante, plus colorée que les récits de la
Chronique.
Quant au texte lui-même, il est essentiellement fantastique. Certains passages peuvent même en paraître invraisemblables en notre temps de lumières : ainsi l’histoire parfaitement absurde du gouverneur « Boîte à musique », ou ce récit qui nous montre un gouverneur volant dans les airs. Ailleurs encore, on nous conte qu’un gouverneur avait les doigts de pieds tournés en arrière et qu’il faillit de ce fait sortir des limites prescrites à sa fonction. L’éditeur ne s’est pas cru autorisé à cacher ces détails. Bien au contraire, il pense que l’existence de pareils faits révélera clairement au lecteur l’abîme qui le sépare de ces temps reculés. Il considère en outre que l’allure fantastique de ces récits n’enlève rien à leur valeur pédagogique et administrative. La fougueuse assurance du « gouverneur volant » peut encore de nos jours offrir un avertissement salutaire à tous les fonctionnaires qui souhaitent ne point se voir destituer avant l’heure.
Dans tous les cas, pour éviter les interprétations tendancieuses, l’éditeur se croit tenu de préciser que son seul travail a consisté à corriger le style lourd et désuet de la
Chronique, et à consacrer à l’orthographe l’attention qui lui est due. Il n’a rien changé au texte de la Chronique. De la première à la dernière minute il n’a jamais perdu de vue la redoutable figure de Michel Pétrovitch Pogodine. cela peut suffire à suggérer l’état de tremblant respect dans lequel il a accompli sa tâche.

Nous pourrions continuer, tant le texte, dans son entier, est savoureux. Non seulement savoureux, mais, comme nous l’avons déjà mentionné, hautement instructif sur la constance des âmes que la place caractérise. Le haut et le petit fonctionnaire, le militaire, le plébéien… La caricature illumine, cruelle de justesse, hilarante d’absurdité, désespérante de continuité.

Paris brûle-t-il ?

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la transcendance.

Le Louvre est un symbole.

Il est à la fois le lieu de l’épopée et du tragique, de la gloire de la cité médiévale aux horreurs de la Saint Barthélemy, du projet palatial quasi millénaire à son exploitation commerciale. Le Louvre a quelque chose d’un miroir. Il rend à la France son image dans le temps.

C’est lors des soubresauts qui agitent la France que le Louvre prend toute sa dimension.  En ces jours de commémoration de la Commune de Paris, un événement nous tient tout particulièrement à cœur à Beta-Oblique, car il relève d’une valeur difficilement quantifiable : la noblesse d’esprit.

Alors que Paris était en proie à la barbarie durant la Semaine Sanglante, les Communards, guidés par le ressentiment envers le régime impérial et la France royale, s’acharnèrent sur divers symboles historiques parisiens. Parmi les monuments détruits nous devons compter les Tuileries et le Palais-Royal qu’ils incendièrent.

Le Louvre voisin ne dut son salut qu’à la rencontre des deux factions en guerre : le commandant versaillais Martian Bernardy de Sigoyer et le conservateur Henry Barbet de Jouy laissé en place par la Commune. 

L’événement est relaté dans l’historique du 26e bataillon de chasseurs :

« On était immobilisé en présence des incendies dont on était enveloppé de toutes part. Le capitaine Lacombe en profite pour faire seul une reconnaissance sur les quais, où il constate que le feu des Tuileries s’étend de proche en proche, que le Musée du Louvre est menacé et qui si on veut le sauver, il faut agir résolument sans perdre une minute. Le commandant de Sigoyer n’hésite pas, il se décide à n’obéir qu’à son initiative et prend immédiatement ses dispositions pour s’emparer du Louvre. […] La 4e compagnie reçoit l’ordre de déblayer le terrain, part au pas de course, débusque l’ennemi et le refoule jusqu’au Pont Neuf. Une section de la compagnie profite du mouvement offensif pour s’emparer du Louvre. Elle se porte aux fenêtres qui font face aux quais et dans cette position, tient l’ennemi en respect. En même temps, le surplus du bataillon s’empresse, homme par homme et au pas de course, de se glisser le long des murailles pour arriver jusqu’à la porte vitrée qui donne accès dans la galerie des antiques. Le commandant est des premiers, il fait enfoncer la porte à coups de crosses. Il ne s’agissait plus maintenant de combattre des révoltés, il fallait combattre l’incendie sans armes appropriées et le vaincre ; ce n’était point tâche facile. On fouille les caves, les chantiers où les ouvriers avaient abandonné leurs outils ; tout ce qui peut servir, haches, pioches, marteaux, fut saisi avec empressement ; la dernière compagnie s’élance dans les escaliers, grimpe jusque sur les toits et, entre la salle des États et le pavillon de la Trémouille, essaie de pratiquer une coupure. Le cœur ne manquait à personne, mais l’endroit n’était pas tenable, l’intensité de la chaleur, sinon les flammes, repoussait les travailleurs. […] Les quatre autres compagnies, gardées par leurs sentinelles, avaient déposé leurs fusils et, sous la direction des officiers, faisaient la chaîne depuis les prises d’eau jusque sur les toits, à l’aide de tous les récipients que l’on avait pu découvrir. Trente hommes furent envoyés au pavillon Richelieu, où la bibliothèque embrasée était, de ce côté là aussi, une menace pour le Louvre. Sur ces entrefaites arrivèrent un détachement du 91e et un détachement de sapeurs pompiers de Paris. Grâce à ce renfort, l’incendie fut maîtrisé et le bataillon put rejoindre la division. Le Musée du Louvre était sauvé ! »

Le texte ne rapporte pas la présence d’Henry Barbet de Jouy. Pourtant, il prit toutes les dispositions nécessaires pour protéger les collections avec plusieurs de ses collègues et des riverains anonymes alors même que des Communards boutaient le feu au pavillon Richelieu, réduisant en cendre les ouvrages de la bibliothèque impériale.

Que reste-t-il de ce véritable héroïsme ? La rencontre a quelque chose de sublime. Le fusil protège la page et la pierre plutôt que de viser à l’homicide politique. La main noircie par la poudre et les cendres passe le seau d’eau à celle du voisin en képi ou en blouse. Le Louvre redevient le cœur de la France et refonde un peuple alors même que Paris est livrée à la dernière des brutalités.  Le palais est donc le plus beau des miroirs de France car il lui renvoie la beauté de son visage. Mais il est peut-être aussi un miroir sans tain dans lequel le versaillais de toute époque regarde le Communard éternel comme le reflet d’une même haine envers Paris.

Puisse une Providence placer toujours sur notre chemin des Martian Bernardy de Sigoyer et des Henry Barbet de Jouy pour rappeler ce qui est notre honneur.

La question des transcriptions

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la transcription des noms.

Il fut un temps où le Français assimilait l’étranger, c’est-à-dire francisait ses mots. Nietzsche se prénommait ainsi Frédéric et lorsque l’équivalent n’existait pas on appliquait des conventions sur des bases phonétiques. Nous avions donc les Séoud comme les Volkoff et non Saoud ou Volkov à moins d’être Anglais (le v en finale s’assèche en f dans le russe ; l’anglais a ses règles idiomatiques propres). Ce n’est pas parce qu’on croit reconnaître des signes alphabétiques latins qu’ils se prononcent pareillement dans le monde qui en fait usage. Dans le mot « français » on peut voir un c comme dans ivanović qui s’écrit par ailleurs ивановић en serbe et se prononce ivanovitch. Selon la langue, le j se prononce très différemment et dans le français même le cas du c varie selon la voyelle qui le suit. Doit-on en outre parler des lettres qui ne se prononcent pas ou qui sont doublées, si fréquentes dans les patronymes ?

Des traducteurs assermentés appliquent une transcription stricte sur les lettres des noms qu’ils rencontrent, modifiant donc jusqu’au ridicule le rendu des mots, des noms. Peut-on dès lors appeler pour être entendu ? Non, évidemment. Peut-on communiquer entre des systèmes différents de langue si le sens que donne la phonétique est à ce point déformé ? Pas davantage.

Peut-être convient-il de rappeler qu’une écriture sert au transport matériel d’un son. Que, conséquemment, elle se subordonne au son. Le son traduit une idée et l’idée est alors traduite dans la langue. Mais s’agissant des noms, cette traduction n’a pas de sens. Il faut donc s’en tenir au son. Le Russe transcrit les noms sur la base phonétique, et c’est parfaitement logique. En appliquant cette règle il n’y aurait eu la paire Sébastopol – Sévastopol (même si ce cas est courant par les approximations du langage).

L’assimilation est une marque d’intelligence en ce qu’elle nécessite de comprendre avant d’appliquer un préjugement. Elle n’est hélas plus la marque de notre époque qui met en marge ceux qui ne sont pas encore anglais alors que la marge est, encore et de loin, l’Anglais. Cela signifie que la trahison est toujours en cours et qu’elle est loin d’être parachevée. Il est donc temps de se ressaisir en cherchant à comprendre des détails primordiaux.

La misomusie à l’assaut de la Culture

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la misomusie.

MISOMUSE: Ne pas avoir de sens pour l’art, ce n’est pas grave. On peut ne pas lire Proust, ne pas écouter Schubert, et vivre en paix. Mais le misomuse ne vit pas en paix. Il se sent humilié par l’existence d’une chose qui le dépasse et il la hait. Il existe une misomusie populaire comme il y a un antisémitisme populaire. Les régimes fascistes et communistes savaient en profiter quand ils donnaient la chasse à l’art moderne. Mais il y a la misomusie intellectuelle, sophistiquée : elle se venge sur l’art en l’assujettissant à un but situé au-delà de l’esthétique. La doctrine de l’art engagé: l’art comme moyen d’une politique. Les théoriciens pour qui une œuvre d’art n’est qu’un prétexte pour l’exercice d’une méthode (psychanalytique, sémiologique, sociologique, etc.). La misomusie démocratique: le marché en tant que juge suprême de la valeur esthétique.
Milan Kundera, L’Art du roman

Molière trop complexe, Eschyle raciste, Disney cliché, Homère misogyne… la liste est longue des mises à l’index par le ressentiment et l’esprit philistin.

B.O. œuvre à la promotion de l’intelligence et de l’art à travers la réappropriation par chacun des moyens de produire et de diffuser à une nouvelle échelle.

Le marché du livre est en pleine chute. Les librairies ferment les unes derrières les autres face à la concurrence de plateformes dont la rapidité, la flexibilité et les choix les rendent incontournables. La visite au petit commerce a maintenant quelque chose de l’acte militant ou baroque. Nous entrons dans une boutique pour satisfaire certains besoins, comme le contact avec le gérant, le plaisir des odeurs et du toucher. Pourtant tout cela ne fait pas le poids face à la servitude imposée par les nécessités mercantiles et les limites de temps. Le libraire ploie devant la puissance du marché où tout est disponible de chez soi, peu cher et rapidement. Mais à quel prix? Nous sacrifions une certaine esthétique qui nourrit le choix du lecteur dans le rayonnage. Les cerveaux ne se frottent plus dans un même espace. La rencontre est abolie. Pire, nous laissons aux grandes enseignes le soin de choisir de ce qui est licite et illicite. Certaines retirent de leur site internet des œuvres pour satisfaire à un type de morale jugé sévèrement par Nietzsche.

Devons-nous alors participer à ce grand mouvement monopolistique ou développer de nouvelles formes de diffusion du savoir, libre, participative et sociale ?

B.O. propose à ses amis de réinvestir chacun d’une participation à l’œuvre commune qu’est la Culture.

Bien que nous offrons des moyens de diffusion via notre site internet, nous souhaitons privilégier l’humain dans un objectif clair : redonner vie au livre et au savoir. Il est dans l’air du temps de tenter à rebâtir des ponts en fondant des établissements où les générations concourent à s’enrichir mutuellement par les qualités propres à leurs âges. Ainsi voit-on par exemple des jardins d’enfants accolés à des résidences pour seniors, des foyers accueillir étudiants et personnes âgées, des cours donnés par des retraités à des jeunes en échange de menus travaux. De la même manière, nous pensons que le rôle social de l’aîné est d’accompagner la jeunesse au goût de la culture. Quoi de mieux alors que de faire de chacun un maillon de la culture ? Pour cela le dépôt de livre chez le particulier offre un excellent prétexte pour bâtir de nouveau un maillage culturel.

A B.O. nous pensons que le livre n’est pas qu’un dialogue entre le lecteur et l’auteur. Il est également prétexte à la rencontre, à la discussion et favorise ainsi la transmission du savoir et de la culture.

A l’heure où les sociétés savantes subissent de plein fouet l’impact des réseaux sociaux et de la dégradation de l’essence même du métier de chercheur, notre proposition assure le réinvestissement du rôle social du savant dans la société : transmettre le savoir à tous et ce dans les conditions optimales que sont le dialogue et le goût commun pour l’intelligence.

Notre modèle assure ainsi deux choses essentielles :

  • il favorise l’émergence des moyens nécessaires à l’intelligence.
  • il est libre de toute servitude, dont celles de la bêtise et de la bassesse.

Obliquer sur la mémoire

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la publication de mémoires.

« Nous n’écrivons pas des Histoires, mais des Vies. » (Plutarque, Vies Parallèles.)

Nous connaissons tous des personnes d’expérience, c’est-à-dire, finalement, des personnages ! Ce sont ces personnes qui ont des choses à dire parce qu’elles ont, comme l’on dit, vécu. Elles ont vécu des événements, des périodes, elles ont participé ou ont été témoins de choses qui font des histoires. Or, les histoires ne sont rien moins que ce qui fait l’âge de l’homme. En un mot, elles constituent l’Histoire ; à ceci près que nous ne sommes pas obligés de faire œuvre de chercheur pour la raison que les mots, les traces et les reliques ont été gommées par le temps.

Il est un défaut que nous avons tous, qui est de considérer davantage le passé lointain que ce qui nous côtoie. C’est un défaut parce que nous négligeons de le retenir quand il en est encore temps et parce que, lorsqu’il n’est plus temps et que tout est devenu incertain, notre propension à révérer le lointain pousse les fantasmes.

Certes, la littérature a la part belle parce qu’elle enjolive et que nous avons certainement besoin de beau. De là les mythes, les romans, les fables. Pourtant, je vois un grave travers au fardage, et ce travers mène tout simplement à l’égarement de notre condition, ni plus, ni moins. C’est ainsi que le courage, l’endossement de la responsabilité, la vision des causes et des effets, la notion même du temps humain, – efficace, pour ne citer que quelques conséquences de ce que l’on nomme de nos jours la communication et qui n’est que du doux mensonge, finit par embrumer les cerveaux. Vouloir le beau sans le faire mène à la perdition.

Contre ce travers, – humain trop humain, il faut une contre-obliquité. Beta-Oblique veut consacrer une partie de sa ligne éditoriale à fixer sur le papier les mémoires humaines avant qu’elles ne passent. Nous contribuerons ainsi à l’Histoire, d’autant plus saisissante qu’elle est vraie ; d’autant plus crédible qu’elle est vraie ; d’autant plus énergisante qu’elle est vraie. Chaque famille a en sa lignée des personnalités remarquables dont les actes sont des exemples. Nous proposons de renouer avec ces vies illustres dans un acte qui constitue une nouvelle forme, contemporaine, d’un « culte des ancêtres ». Le livre se fait mémoire de la vie de l’aïeul, dépouillé de l’exaltation et de la surenchère mystique dont la finalité s’explique parfaitement mais qui demeure hors du champ de ce projet : faire traverser le Temps aux Hommes.

Lecteurs, soyez à l’écoute de nos prochaines publications. Auteurs, nous sommes à votre écoute.

Age de Fer

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur le post-modernisme.

Le déconstructionnisme post-moderne accuse les Humanités de logocentrisme et de phallogocentrisme. Derrida, par ces concepts qu’il a développés, raconte par le menu que la Culture occidentale serait fondée sur la Raison et l’Homme européen. Evidemment il ne s’agit pas ici de faire un simple descriptif, mais d’accuser la Culture occidentale d’opprimer l’irrationalité, la féminité et l’étranger. La Culture occidentale serait donc fondamentalement problématique, nuisible, déviante et immorale. La résultante est tout un ensemble d’attaques sur divers pans de la Culture (mais aussi les personnes). La dernière en date met Homère au ban de la société civilisée (https://www.wsj.com/articles/even-homer-gets-mobbed-11609095872). Le triomphe écrasant du post-modernisme a de quoi susciter le dédain ou un certain mépris chez l’homme éduqué par les Humanités. Ces attaques suscitent l’indignation et une certaine résignation face à ce que beaucoup voient comme un écroulement même de la Culture. Or, il ne s’agit ici que du bélier de l’utilitarisme à l’anglo-saxonne qui vise à la maximisation du bonheur individuel pour le plus grand nombre possible. Afin d’y parvenir il n’est demandé en échange « que » l’abattage d’une Culture dépassée qui gênerait la vue des horizons de ce que certains osent appeler progrès social. Nous pourrions croire les lendemains qui chantent promis par ces sirènes en eaux profondes. Cependant le constat est implacable lorsque l’on observe le monde de demain. La malheureuse réalité de la croissance ininterrompue des pathologies mentales, de la consommation de psychotropes et de l’attrait du sordide indique tout le contraire du bonheur individuel annoncé.

Il faut le reconnaître, le changement de paradigme est saisissant. A la place de la Culture comme expression de la vie arrachée aux turpitudes du temps s’institue la jouissance immédiate de l’expérience individuelle supposément libre de toute servitude.

L’Humaniste est pétri de l’intelligence des siècles. Il comprend toute la tragédie humaine et sait qu’il existe, comme autant de piliers, des fondations solides et inamovibles à la pensée, à la culture et à une certaine Humanité.

Pour chaque pilier abattu, pour chaque mur porteur crevé, on remarque un certain nombre de conséquences invisibles, mais pourtant si tangibles. Le post-modernisme veut abolir la Culture occidentale fondée sur les Humanités pour accoucher d’un esprit apaisé sur son ventre… bientôt englouti par un marché affamé.

Contre ce travail de sape, la simple existence de l’Humaniste suffit à étayer. Il perpétue l’ouvrage collectif qui fait communier les morts aux vivants. Sa pensée, fruit de la somme du travail accumulé par les siècles, développe la Culture en lui apportant son labeur. L’Humaniste est ici, en quelque sorte, un bâtisseur de cathédrale qui sans cesse continue l’ouvrage des siècles pour tenter d’apporter une pierre décisive à une construction qu’il sait dépassant sa simple stature et dont la beauté sera également l’expression la plus intime de ce qu’il conçoit en son esprit. Sa réalisation personnelle est consubstantionnelle à la réalisation de sa Culture. Il  en est le fils mais également le père.

A celui-là qui, souffrant des intempéries d’un temps dont la force fait se fissurer l’Humanisme jusqu’à ses fondations, je l’invite par ce conseil amical, à faire de sa bibliothèque une crypte dans laquelle les pages éclairent et réchauffent l’esprit d’un savoir qui le met en relation avec des contemporains plus sensés. Et il faut reconnaître, pour moi, que Balzac est d’excellente compagnie lorsque je trinque avec Ovide. Je laisse les autodafés et les bûchers aux masses qui cherchent un bouc émissaire aux misères intérieures. Je préfère porter de plus beaux flambeaux…

et quasi cursores vitae lampada tradunt. Lucrece, de Rerum Natura, II,79
Et ils (les mortels) se confient, comme des coureurs, le flambeau de la vie.

Lampadédromie. Louvre
Lampadédromie. Musée du Louvre (Paris)

Variations sur Martial

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente un livre.

Etienne Wolff présente un recueil de traductions plus ou moins fidèles aux mots de Martial, l’auteur piquant de la Rome impériale. Ce travail est passionnant pour nombre de raisons.

Il l’est pour remettre en évidence l’inspiration qu’offrent les mêmes mots à des oreilles diverses, qu’elles se situent dans des espaces ou des temps différents : ce croisement fait source au point d’un crâne. De celui-ci, tel écho émane des mots, qui ne sera pas celui d’un autre. Evidence ? Certes. Mais cette évidence nous donne prétexte à rappeler qu’il convient de se défier de tout ce qui est acquis ou semble l’être, tant le génie provient de la simple capacité à reconsidérer ce qui est quotidiennement sous nos yeux ; ce qui ne se voit précisément plus parce que, pourrait-on dire, la chose fait consensus. En matière de traduction ce consensus est bien sûr illusoire. Tel effet recherché implique telle déformation ; tel autre le recours à un autre vocabulaire, une autre géométrie grammaticale.

Si l’aéronautique moderne a imposé pour ses besoins le terme de géométrie variable, pourquoi ne pas penser sérieusement à une physique linguistique ? Et d’abord à la poétique, non comme un art oiseux, mais au contraire opérationnel qui peut tour à tour obscurcir, élargir, fendre ou fondre un même sujet. Cette idée n’est pas nouvelle ; elle est même couramment employée à dessein. Mais l’occasion nous est donnée ici de mieux en prendre conscience, de mesurer les différences de potentiel sous leurs divers rapports, de voir, enfin, la nature réelle des langages.

Une langue est en effet si naturelle que sa nature même, — seconde nature, passe inaperçue. N’est-il pas stupéfiant de pouvoir exprimer une idée sans même songer un seul instant aux mots à employer ? Et plus encore : à rarement avoir à penser, à préméditer une réponse. Comme si l’idée nous précédait. Comme si nous n’avions qu’à la suivre, sans même sentir sa présence et cependant nous élançant dans l’expression avec une déconcertante assurance. Il n’y a que les poètes à se torturer sur les mots. Pourquoi ? Parce que, probablement, ils savent le pouvoir de la forme. La plasticité de leur forme verbale est assimilable à la prouesse technologique de l’avionneur capable de reconformer un aéronef comme l’oiseau de haut vol use de lenteur ou de vitesse à dessein. Verbaliser est pour chacun une seconde nature ; mais voleter ne fait pas l’oiseau de proie.

Le professeur Wolff livre donc un document dont chacun pourra tirer profit, quel que soit l’angle de vue constitué par notre origine. Tel exemple l’a inspiré ; toutes les facettes qu’il offre sont ainsi des sources qui se répondent dans une unité de questionnement, fondamentale. Que l’Idée prenne le Lecteur à sa suite. Avec toute notre gratitude.

COVIDictionnaire à l’usage du non-francophone

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la perception de la crise sanitaire.

Nous proposons, à l’intention des non-francophones qui nous lisent, ce petit dictionnaire qui tentera de donner des définitions claires et précises au lexique employé durant la crise du COVID19 par les Français.

AFFAIRE DREYFUS : Débat dominical où le couteau à côté de votre assiette ne voit pas le gigot. Voir EXPERT.

ANTI-VACCIN : Position des belles-mères. voir VACCIN.

APPLAUDISSEMENT : Liesse préfigurant un baby boom. Egalement procédé d’une Ventilation Mécanique Contrôlée parisienne écolo. Voir MEDECINE DE GUERRE. PARISIEN.

ASSISTANCE RESPIRATOIRE : Prescription médicale nocive aux plus de 70 ans sans rosette en cas de rupture de stock.

ART DE VIVRE A LA FRANÇAISE : Autre nom de l’alcoolisme mondain et du manque d’hygiène.

BAILLON : Le flou artistique autour du « sauf » de l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Rappelons au lecteur que cette préposition est bien plus restrictive que l’Index librorum prohibitorum. Par conséquent le mépris des subtilités grammaticales peut alors vous valoir ici ou ailleurs des tracas avec un juge acheté, l’embastillement ou la remise, sans autre forme de procès, de Valeda dans le tiroir à saucisses. voir MASQUE.

BIG PHARMA : Expert bénévole auprès du Ministère de la Santé. Voir EXPERT. GENERIQUE.

CHINE : Générateur de plaintes chez ceux qui n’ont pas de solution. Voir CUISINE CHINOISE TRADITIONNELLE. PANGOLIN.

CHOMAGE PARTIEL : Embellie publique dont le coût l’est également. COUT.

CHLOROQUINE : Novitchok. Voir RUSSIE.

CLUSTER : Grappe en cours de vinification selon l’appellation des vins californiens. voir GEL HYDROALCOOLIQUE.

CRISE : Sentiment léger.

COUT : Critère d’efficacité mesurable avec les sous des autres.

CONFINEMENT : Torture de même niveau que le water-boarding ou la gégène qu’encouragent les instances internationales. Voir PRISON.

COVID19 : Maladie virale respiratoire insidieuse, bénigne pour la majorité, mutilante pour certains, mortelle pour le plus faible. Voir AFFAIRE DREYFUS.

CUISINE CHINOISE TRADITIONNELLE : Sous titre de la 27e édition 2020 du E. Pilly, livre de référence en infectiologie.

DEBAT : Exercice vain consistant à tenir sa position « quoi qu’il en coûte ». Voir COUT.

DISTANCIATION SOCIALE : Autrement dit « éloignement sanitaire » lorsque l’on parle un français qui respecte la « distanciation physique » avec la langue de la Perfide Albion. voir SACHANT.

EPIDEMIE : Maladie qui ne touche que les autres. Va de la fièvre aphteuse à la fièvre acheteuse. Voir EPIDEMIOLOGISTE. EXPERT.

EPIDEMIOLOGISTE : Pompier ou pyromane.

ETUDE RANDOMISEE EN DOUBLE AVEUGLE : Alpha et Omega de la recherche appliquée par deux borgnes. voir SERIEUX. SCIENCE.

EXPERT : Homme de la rue (et qui ne l’est plus) qui a traversé le trottoir (et qui le fait).

GEL HYDROALCOOLIQUE : Vin de table de la Communauté Européenne. Voir CLUSTER.

GENERIQUE : Médicament inefficace car peu cher. Voir BIG PHARMA.

GOUROU : Cheveux long, bagues et autres ornements druidiques.

GRAND PROFESSEUR : Cheveux long, bagues et autres ornements druidiques.

GRIPPETTE : Ancien nom du COVID19 avant qu’il ne fasse tousser les membres du gouvernement, tue les vieux et estropie les jeunes.

HYGIENE : Contre-culture ou Seconde Révolution française qui consiste à tousser dans son coude et se laver les mains. Voir ART DE VIVRE A LA FRANÇAISE.

JT (Journal Télévisé) : Œuvre posthume d’Eugène Labiche. Voir EXPERT.

MARSEILLE : Anomalie statistique parisienne.

MASQUE : Equipement de Protection Individuel (EPI fauché à la hâte). Ce morceau de vieux slip ou de plastique chinois recyclé cause pour un prix modique tout un ensemble d’effets que nous retrouvons que chez les meilleurs grigris des marabouts béninois du nord de Paris. Provoque logorrhée d’experts de l’avant-veille et manifestation en tout genre dans la France entière ; fait apparaître et disparaître la porte-parole du gouvernement ; protège 4 heures et ramène l’être aimé (tout en devant respecter les règles sanitaires en vigueur) ; repousse le mauvais œil (ou l’amende de 135 euros). Voir AFFAIRE DREYFUS. ART DE VIVRE A LA FRANCAISE. BAILLON. DISTANCIATION SOCIALE. HYGIENE. POLITIQUE DE SANTE PUBLIQUE.

MEDECIN : Personne pour qui tout va toujours bien. Voir SCIENTIFIQUE.

MEDECINE DE GUERRE : Médecine en temps de paix en France.

MORTALITE : Critère. Non partagé par les malades.

PANGOLIN : Bouc-émissaire chinois et cobaye rhétorique.

PARIS : Le plus grand club de footing de France.

PARISIEN : Ascète vivant comme une boniche du 19e siècle au 6e sans ascenseur dans 20 mètres carrés pour 900 euros. Voir SOUMISSION.

POLITIQUE DE SANTE PUBLIQUE : Ecurie d’Augias avant le passage d’Héraclès. Voir  CHOMAGE PARTIEL. CONFINEMENT. TIERS MONDE.

PRISON : Vie en communauté avec un Bon Ami et sa fourchette. CONFINEMENT.

RECHERCHE : Courtisanerie. Voir EXPERT. SACHANT.

REVUE A COMITE DE LECTURE : Dernier carré de l’argument d’autorité durant Waterloo. Voir SACHANT. SERIEUX.

RUSSIE : Pangolin-émissaire. Voir AFFAIRE DREYFUS. ART DE VIVRE. EPIDEMIE. INFORMATION. VACCIN.

SACHANT : Participe présent substantivé du verbe « sachoir » en français technocratique. Voir EXPERT. SAVANT.

SAVANT : Participe présent substantivé du verbe « savoir » en vieux-français. Voir SACHANT.

SERIEUX : Choucroute traditionnelle.

SCIENCE : Vision humaine prométhéenne portée contre vents et marées (et là on ne blague pas). Voir ETUDE RANDOMISEE EN DOUBLE AVEUGLE. SAVANT.

SCIENCE MEDICALE FRANÇAISE : Pastiche de « L’Amour médecin » de Molière. Voir SERIEUX.

SCIENTIFIQUE : Personne pour qui tout va mal. Voir MEDECIN.

SOIGNANT : Ceinture noire dans l’art martial traditionnel français du Système D.

SOUMISSION : Autodiscipline.

TIERS-MONDE : Pays qui préfère prévenir que guérir. Voir POLITIQUE DE SANTE PUBLIQUE. GENERIQUE.

VACCIN : Très grande loterie. Voir BIG PHARMA. RUSSIE.

Le civisme

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur le civisme.

Un des chevaux de bataille de Beta-Oblique est la promotion du Civisme. Ce nom a quelque chose de galvaudé à notre époque puisqu’il est souvent synonyme de bonnes manières et de respect de la loi. Pour les plus anciens il va de soi, mais n’est pas pour autant compris dans toute sa mesure. Pour les plus jeunes, il n’est qu’une étiquette légère attachée à un obscur enseignement des cycles primaire et secondaire.

Pourtant, le Civisme est la marque même notre civilisation. Il est en quelque sorte un particularisme de notre culture française.

En effet, nous parlons le Latin : le Latin français. Cette idée déjà n’est pas évidente, mais notre langue n’est rien d’autre que le Latin vulgaire transformé par l’accent gaulois auquel s’est ajouté une influence grammaticale et lexicale franque. Notre pensée repose donc sur ces piliers historiques, dont le plus antique et reconnaissable, est celui de Rome.

Ce que nous appelons en Français « civisme » est un dérivé de notre « cité », civitas en Latin. Le débat étymologique autour de ce nom est complexe, mais on peut reconnaître le thème de la proximité *ki dans la première syllabe du nom. Nous pouvons alors restituer cette chaîne :

  • La civitas est ce qui réunit le civis, « citoyen ».
  • Lui-même n’est citoyen que par sa proximité avec les autres citoyens.

La nature de cette proximité est nébuleuse. En effet, là où les Latins désignent civitas, les autres peuples italiques utilisent tota/touta dont le sens a quelque chose de très restreint puisqu’il évoque, par le redoublement du thème pronominal *te, un ensemble qui se veut particulier. Cette idée, ce nom, perdure jusqu’à présent chez nos voisins Deutschen, les Allemands. A ce sujet, le débat entre Ernest Renan et Joachim Gottlieb Fichte sur ce qui est une nation est éloquent. Le premier voit dans la nation une communauté spécifique par le destin partagé à travers l’engagement, là où le second voit dans la nation une communauté humaine spécifique par essence.

Nous voyons dans le Civisme la fondation même, étymologique, du génie de la société française. Le Civisme est cette force centripète qui permet de créer la Cité. Il est le moyen de faire bloc malgré les différences ethniques, politiques, philosophiques car le citoyen reconnaît dans l’autre citoyen ce proche attaché à son destin historique.

Beta-Oblique se voit donc comme étranger au système communautariste dont la force centrifuge ruine la Cité. De mauvaise foi par essence, puisque subjectif, ce système ne mène en réalité qu’au discours clivant, à l’absence de justice dans la pensée et le propos, et au recul de toute objectivité. C’est pourquoi Beta-Oblique souhaite par son activité promouvoir le Civisme, qui est à la fois la diplomatie entre des Citoyens libres mais aussi la reconnaissance de leur égalité et de leur fraternité dans la Cité.

Charles Thevenin (1764-1838). « La Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, au Champ-de-Mars » (1795). Paris, musée Carnavalet.