Obliquer sur la mémoire

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la publication de mémoires.

« Nous n’écrivons pas des Histoires, mais des Vies. » (Plutarque, Vies Parallèles.)

Nous connaissons tous des personnes d’expérience, c’est-à-dire, finalement, des personnages ! Ce sont ces personnes qui ont des choses à dire parce qu’elles ont, comme l’on dit, vécu. Elles ont vécu des événements, des périodes, elles ont participé ou ont été témoins de choses qui font des histoires. Or, les histoires ne sont rien moins que ce qui fait l’âge de l’homme. En un mot, elles constituent l’Histoire ; à ceci près que nous ne sommes pas obligés de faire œuvre de chercheur pour la raison que les mots, les traces et les reliques ont été gommées par le temps.

Il est un défaut que nous avons tous, qui est de considérer davantage le passé lointain que ce qui nous côtoie. C’est un défaut parce que nous négligeons de le retenir quand il en est encore temps et parce que, lorsqu’il n’est plus temps et que tout est devenu incertain, notre propension à révérer le lointain pousse les fantasmes.

Certes, la littérature a la part belle parce qu’elle enjolive et que nous avons certainement besoin de beau. De là les mythes, les romans, les fables. Pourtant, je vois un grave travers au fardage, et ce travers mène tout simplement à l’égarement de notre condition, ni plus, ni moins. C’est ainsi que le courage, l’endossement de la responsabilité, la vision des causes et des effets, la notion même du temps humain, – efficace, pour ne citer que quelques conséquences de ce que l’on nomme de nos jours la communication et qui n’est que du doux mensonge, finit par embrumer les cerveaux. Vouloir le beau sans le faire mène à la perdition.

Contre ce travers, – humain trop humain, il faut une contre-obliquité. Beta-Oblique veut consacrer une partie de sa ligne éditoriale à fixer sur le papier les mémoires humaines avant qu’elles ne passent. Nous contribuerons ainsi à l’Histoire, d’autant plus saisissante qu’elle est vraie ; d’autant plus crédible qu’elle est vraie ; d’autant plus énergisante qu’elle est vraie. Chaque famille a en sa lignée des personnalités remarquables dont les actes sont des exemples. Nous proposons de renouer avec ces vies illustres dans un acte qui constitue une nouvelle forme, contemporaine, d’un « culte des ancêtres ». Le livre se fait mémoire de la vie de l’aïeul, dépouillé de l’exaltation et de la surenchère mystique dont la finalité s’explique parfaitement mais qui demeure hors du champ de ce projet : faire traverser le Temps aux Hommes.

Lecteurs, soyez à l’écoute de nos prochaines publications. Auteurs, nous sommes à votre écoute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *