Le boomerang ou une caricature d’époque

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente le livre « Le boomerang ».

Après Entre France et Russie, Françoise Compoint nous livre Le boomerang. Dans la lignée, dirions-nous, de l’étude sensitive et fine entamée dans son premier ouvrage où l’auteur s’était fait témoin d’elle-même. Cette fois, c’est en prenant le corps et l’âme d’une adolescente moscovite lors des années nouvelles, de l’après communisme. Même si la véracité de l’histoire suffit à soutenir l’intérêt, ce dernier se situe indéniablement dans l’orbe du conte réel rapportant le passé. Ce courant alternatif est typique du style affirmé de Compoint qui donne à ce qu’elle suit du coin de l’œil une force de plume indéniable. La suivre, c’est s’étourdir un peu du sens des détails vus d’en haut. Il faut aussi s’interroger sur le titre, qui est celui d’un objet dont la courbure géométrique alliée à la rotation sur lui-même transforme la translation rectiligne en elliptique. Ce qu’on nommerait le retour aux choses. Quelle est cette courbure ? Est-elle intrinsèquement femelle dans son rapport à la mécanique des esprits ?

L’europo ou le sanscrit pour les européens

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente le livre « L’europo ».

L’europo est une langue inventée : une de plus, à l’instar de l’espéranto, mais aussi du sanscrit. A la différence des deux, l’europo dispose d’une sauvage simplicité ; une grammaire tenant sur deux pages, un système apportant des avantages similaires à celui du système métrique dans le domaine des poids et mesures ; l’absence d’exceptions et des racines intuitives pour tout européen ; une précision et une souplesse inégalées rendant obsolète la notion de néologisme : telles sont ses forces. Mais au-delà de son caractère opérationnel, l’europo constitue un document riche d’enseignements pour tous ceux comprenant l’enjeu de la communication dont les machines ne peuvent être exclues.

La philosophie Beta-Oblique

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur le livre.

Cette affiche résume l’affaire :

B

Certes, nos éditions sont durables : n’ayant pas de caractère mercantile, elles peuvent durer pour servir les auteurs qui ne peuvent publier pour des raisons de rentabilité (essentiellement).

Certes, elles sont aussi sociales : ne répondant pas aux schémas classiques des éditeurs, le réseau de distribution veut s’appuyer sur les personnes considérées elles aussi non rentables (les retraités par exemple sans lesquels on perd beaucoup).

Certes, Beta-Oblique incarne l’aventure : l’être d’expérience a toujours à dire et c’est à lui que nous demandons de parler des livres sans en parler, mais en illustration de ses propos (sous la forme de l’homélie en quelque sorte).

Oui : cette vision est globale, révolutionnaire, visant à infléchir la désaffection qui frappe la lecture en instituant un rituel familial où le parent montre l’exemple de l’intérêt qu’il porte aux livres de qualité.


« Ne pas tomber dans l’abrutissisme des sous-hommes oxidentaux enspectaculés à outrance. Nous devons donc (oserai-je mon faible avis sur la question ?) renforcer la lecture dans l’Empire. N’accorder désormais le droit de vote, et quelques autres droits, qu’à ceux qui sauront lire, qui auront lu, qui connaîtront des rudiments, et pourquoi pas des rudiments à définir et statutiser de culture grecque et romaine ? voire intégrer une certaine pratique de nos langues originelles ? Désormais nous devons forcer les foules à respecter le devoir de culture véritable, basé sur l’Antiquité et les précurseurs… » (Albert-Weil, Siberia)
 
Si cette uchronie peut effrayer certains de la voir se réaliser, Beta-Oblique offre un ré-aiguillage à la douceur de première classe…

Retirer et rencontrer

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente sa maison.

Beta-Oblique sous le signe de l’aventure

Beta-Oblique accueille ses visiteurs en son siège social.

  • Pour retirer des ouvrages
  • Pour discuter d’une publication ou d’un événement
  • Pour découvrir livres ou auteurs

[Afin d’éviter un éventuel contretemps, veuillez prévenir de votre venue, par courriel par exemple.]

Colloque 2019 « La Serbie comme Pont »

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente le colloque « la Serbie comme Pont ».

Beta-Oblique organisait un colloque intitulé « La Serbie comme Pont » (géographie et histoire des Europes) dès avril 2019 en Serbie dans l’ancienne capitale Sirmium (aujourd’hui Sremska Mitrovitsa).

Ce fut l’occasion pour les intervenants (6 Français, 3 Serbes et Croate) comme pour les curieux de découvrir ce beau pays, son peuple et cette ville remplie d’histoire baignée par la Save .

Un aperçu des atouts de la Serbie :

Pourquoi Mitrovitsa :

Sremska Mitrovitsa :

Petit guide de Mitrovitsa :

Les dates retenues :

16, 17, 18 avril 2019

Intervenants et thèmes :

Charles GUITTARD, « Un roi illyrien en Ombrie : Genthios »  ILIRSKI KRALJ U UMBRIJI : GENTHIOS

David DE GOURCUFF, « Etude de monnaies thraces » PROUCAVANJE TRAKIJSKOG NOVCA

Biljana LUCIC, « Protective archaeological excavations of Sirmium from 2006 to 2018 » PROTECTION DES MONUMENTS HISTORIQUES SREMSKA MITROVICA

Raphaël NICOLLE, « Les racines *terh2 et *perh2- des dieux de l’Orage indo-européens en Serbie : permanences et réfections structurales du paysage serbe archaïque » *TERH2 ET *PERH2- I INDO-EVROPSKI BOGOVI OLUJE NA TERITORIJI SRBIJE.

Michel MAZOYER, « La postérité du mythe hittite d’Illuyanka : rapprochement avec la littérature serbe » POTOMSTVO HITITSKE ZMIJE ILIJANKA : POREDJENJE SA SRPSKOM LITERATUROM

Tomislav SUNIC, « Comment s’approprier l’identité nationale ? L’esprit victimaire chez les Serbes et les Croates » KAKO RAZVITI NACIONALNI IENTITET ? VIKTIMSKI DUH KOD SRBA I HRVATA

Oliver TOMIC, « Les portraits de Constantin le Grand en Serbie » PORTRETI KONSTANTINA VELIKOG U SRBIJI

Roger MAGINOT, « Une introduction à l’image du Pont avec un angle balkanique » UVOD U SLIKU MOSTA NA BALKANSKI NACIN

Etienne WOLFF, « Les débuts du christianisme en Illyricum et dans la région danubienne » POCECI HRISCANSTVA U ILIRIKUMU I U DUNAVSKOM KRAJU

Des homélies pour l’esprit

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une innovation pour le livre.

Beta-Oblique ne s’en cache pas : son objectif est de rendre à l’époque de l’intelligence. A cette fin, le chef de famille devrait refonder un rite. Pour l’y aider, nous avons produit des éditions sans idée lucrative, ce qui permet aux auteurs de ne pas se voir refuser la publication pour raison commerciale. Bien entendu, une autre catégorie se trouve concernée : le lecteur. C’est pour ne pas la voir disparaître que la troisième catégorie est instituée : le publicateur. Celui-ci sait parler parce qu’il a quelque expérience de la vie et qu’à la lecture de tel livre des idées lui sont parvenues. Notées au fur et à mesure de la lecture avec les références des pages qui ont suscité ces pensées, l’enregistrement sonore peut alors nous être envoyé (ex-machina a cet objet). Dès lors, des causeries autour des livres les enluminent tout en fondant, potentiellement, les bases d’un rituel familial à l’occasion duquel l’esprit des jeunes enfants pourra être marqué, voyant le livre par le prisme de l’intérêt que ses parents lui portent. Car, livre en mains, ceux-ci peuvent éventuellement suivre les passages relevés par les commentateurs en ce lieu. Tel peut être l’esprit des homélies ; car, après tout, c’est bien à l’esprit qu’on rend ainsi hommage…

leparsurtitreauteur
211018RMCL02Entre France et RussieCompoint
020919RMBR01Du MaintienMaginot
Homélies réalisées (en face 2 ; hormis les présentations de chacun des titres en face 1)
Ici, les parutions s’égrènent dans l’ordre chronologique. Auteurs, titres, collections et bien sûr l’illustration emblématique des titres distinguant nos éditions apparaissent dans cette galerie.
En appuyant sur une illustration de titre, l’on accède à quelques détails comme la catégorie. Mais en appuyant encore au centre, l’on accède aux enregistrements. Bien sûr, la flèche en haut à gauche permet de revenir à la galerie tandis que les flèches en bas à droite permettent de passer d’un titre à un autre.
Les informations sonores se présentent sous forme de tourne-disque. La face A démarre automatiquement ; elle dit la quatrième de couverture ainsi que la préface. Le symbole en bas à gauche permet de retourner le disque ; la face B présente, lorsqu’il y en a, les « homélies ». La lecture n’est ici pas automatique, il convient d’appuyer sur le symbole en bas à droite. A tout moment il est possible de saisir le bras de lecture pour le positionner à un endroit quelconque du disque. Son avancée par rapport au centre dit la longueur totale de l’enregistrement.

La raison impérieuse

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la diplomatie.

Croyons-nous tout savoir ? Assurément non. Nous donnons pourtant volontiers nos avis, qui relèvent souvent du sentiment non digéré. En faisant cela, qu’obtient-on ? Des brouilles (avec ses ententes par clivages), fausses, conduites par amour-propre ; positions de repli ; enclavées ; sortes de casemates matérialisant le fratricide mosaïque réalisé avec l’aisance de la spontanéité propre à l’innocent. Mot flatteur ; nous ne voulons pas insulter, la grossièreté étant suffisamment répandue : ses effets entraînent à grossir toujours plus toute chose, amenant au règne de l’hystérie.

Le remède se compose des molécules suivantes :

  1. La lecture d’œuvres, non seulement pour s’instruire, mais encore pour s’imprégner du vocabulaire et des formes indispensables à l’expression élégante de sujets éventuellement complexes.
  2. La présentation écrite ou orale de ses idées, afin de vérifier la difficulté de l’exercice.
  3. La reformulation sous les usages discursifs de la diplomatie.

En 1626 Richelieu l’institutionnalise avec la création du ministère des Affaires étrangères. En 1648, la Paix de Westphalie est conclue.

L’Etat a, par l’évolution des technologies, psychologiquement migré dans l’individu. Celui-ci doit désormais apprendre à traiter les états étrangers qui l’entourent en institutionnalisant à son profit un semblable ministère s’il veut voir ses frontières idéelles respectées : rendues respectables. La réciprocité est la notion clé.

Beta-Oblique espère avoir insufflé du Richelieu… Nous sommes en 2018.

Ethereum : la dissuasion par l’immortalité

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une innovation pour la réputation.

Soucieux de la réputation de ses auteurs et de la protection de leurs idées, Beta-Oblique communique pour la postérité – au fer rouge du remaillage – les propos de ceux qui veulent nuire.

Quelle est la règle d’engagement ?

  1. Le propos à condamner ne doit pas être étayé, ou
  2. Les étais sont fabriqués de toutes pièces, ou
  3. Ils sont appliqués hors contexte, ou
  4. La chaîne causale qui les font est d’une longueur inacceptable, ou
  5. Ils reposent sur des sous-entendus visant à orienter l’opinion, et
  6. En tout état de cause la volonté de nuire se substitue au débat d’idées, et
  7. Le poids de l’attaque dépasse le simple dérapage verbal.

Pourquoi ceci ? Parce que :

  • L’intelligence est l’affaire de Beta-Oblique.
  • La lecture est le moyen de dialoguer avec les esprits les plus brillants, au rythme et aux moments opportuns.
  • L’écriture est le moyen de fixer les idées si volatiles, de les transmettre, etc.
  • Les idées génèrent les réactions les plus épidermiques : il faut apprendre à les exposer et à les recevoir. Les diplomates ont des protocoles efficaces qui permettent d’éviter les voies sans retour ; il est en effet toujours bon de pouvoir reconsidérer les choses, soi-même compris.
  • L’éducation repose sur l’exemplarité. Ceci n’est possible qu’accompagné d’un pouvoir, éventuellement coercitif.
  • La corruption est le mal de l’humain. Il lui faut l’aide de forces à lui extérieures, sous forme de procédures ancrées. La technologie blockchain que Beta-Oblique nomme remaillage offre une telle possibilité. Elle demeure trop jeune pour répondre avec certitudes et aisance ; Beta-Oblique a cependant investi Ethereum.
  • De quoi s’agit-il ? De rendre incorruptibles des données (qui peuvent aussi être des programmes) par le partage généralisé sans intermédiaire aucun. Un moyen assez simple d’accéder à cela est d’utiliser un navigateur (Chrome ou Brave par exemple) couplé à MetaMask. Quoi qu’il en soit, voici ce que Beta-Oblique a initié, pour l’éternité d’ethereum :

le compte-rendu de la transaction :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est eth01-1024x663.png.

le code du programme modifié et placé sur www.beta-oblique.com/samizdat :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est eth02-1024x395.png.

Beta-Oblique et Amazon ; le prix unique

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une innovation pour le livre.

Nous n’avons pas de position radicale sur ces questions d’entités monopolistiques. La centralisation et le monopole ont leurs avantages. Mais aussi leurs risques. D’un point de vue pragmatique, nous supposons que le réflexe de recherche d’ouvrage sur Amazon résulte d’une habitude, liée pour une part à la facilité (on peut tout y trouver) et d’autre part à la possibilité de bénéficier d’envois gratuits.

Mais cette gratuité n’est qu’apparente, l’éditeur ou l’auteur devant payer un abonnement, l’ensemble se répercutant sur le prix de vente (avec une redistribution des marges). Il y a donc une question de principe. Les services performants coûtent, réduisant les marges dont seules les grandes enseignent peuvent se satisfaire. Or les grandes enseignes dont certains éditeurs font partie, peuvent se permettre d’imposer des contrats léonins aux auteurs.

Cette logique est en lien avec la physique gravitationnelle. Nous pensons que les trous noirs peuvent déboucher sur d’autres univers, mais il y a doute. Ils signent peut-être une fin de vie. Le féodalisme a ses défauts, mais il offre la possibilité de trouver chaussure à son pied. Et puis, il est bon parfois de tenter de briser quelques habitudes pavloviennes…

Par exemple, Beta-Oblique a parmi ses singularités celle de vendre ses ouvrages à prix unique. 120 pages ou 520 pages, c’est tout un. Pourquoi ? Parce que la qualité a un prix que le facteur quantitatif ne doit pas oblitérer ; et parce que la culture doit se proposer au coût le plus juste pour toutes les bourses. C’est pourquoi nous avons conclu que 15€, avec 5€ pour les auteurs et 5€ pour les « publicateurs » (ou 10€ pour l’auteur jouant les deux rôles) était raisonnable. Mais cela implique de revoir la copie de la distribution, c’est-à-dire des intermédiaires qui s’immiscent dans la culture, dans l’intelligence…

entre France et Russie

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente le livre « Entre France et Russie ».

Des enfants partageant deux nationalités, deux langues, deux cultures, il y en a. Mais… lorsque la petite fille pose son regard sur les gens, les choses, les noms ; grâce à des guides s’est trempée d’époques, de senteurs et d’images ; lorsque les rêves viennent à elle et que les yeux demeurent ouverts, alors le grand jeu existentiel peut commencer ; celui de tous les philosophes : qui suis-je, où aller, pourquoi ?
Françoise Compoint induit ses réponses, limpides, sourdant de la profondeur commune du souvenir et de l’actualité. Cette communion, elle a été la chercher, et ce texte est une ponctuation d’archétypes que le lecteur ne manquera pas de saisir à son profit : Galitch ; les inconnues familières ; le médecin à la peau d’hostie… Entre le cru et le suave, le clair et le sombre, entre le devenir et le passant : la Russie et la France.