L’histoire d’une ville : une introduction

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente un livre classique.

Je ne saurais que trop conseiller la lecture de L’histoire d’une ville en ces temps si modernes : l’expérience du passé romancé par Chtchédrine les éclaire. Cet auteur russe, étudié à l’école, a ce style merveilleux du 19e siècle et le talent de psychologue d’un Balzac. Nous reviendrons peut-être sur ce livre tant il y a à dire. Mais en guise d’introduction, le début suffit à cerner non seulement le sujet, mais aussi l’humour, inénarrable, et la finesse, inédite.

NOTE DE L’EDITEUR

Depuis longtemps je me proposais d’écrire l’histoire d’une ville ou d’un pays pour une période bien déterminée, mais diverses circonstances avaient gêné mon entreprise. La difficulté principale tenait au manque de matériaux tant soit peu authentiques, ou du moins vraisemblables.
Or voici que, fouillant dans les archives municipales de Gloupov, je suis tombé sur une assez grosse liasse de cahiers portant le titre commun de
Chronique de Gloupov. un examen attentif m’a prouvé que ces papiers pouvaient m’aider notablement à réaliser mon projet. Le contenu de la Chronique est pourtant assez monotone. Il consiste presque exclusivement dans la biographie des gouverneurs qui pendant près d’un siècle ont présidé aux destinées de la cité et dans la peinture de leurs exploits : courses en voitures de poste, recouvrement énergique des impôts, campagnes militaires contre les administrés, pavage ou dépavage des rues, taxation des fermiers généraux… Ces misérables indices permettent malgré tout de saisir la physionomie de la ville et d’y observer les répercussions des phénomènes qui, dans le même temps, affectaient les hautes sphères. C’est ainsi que les gouverneurs du temps de Biron se distinguent par leurs folies, ceux du temps de Potemkine par leurs procédés expéditifs, et les contemporains de Razoumovski par une origine obscure et une témérité proprement chevaleresque. Ils se trouvent tous donner le fouet à leurs administrés, mais les premiers le font d’une manière absolue, les seconds justifient cette énergique méthode par les exigences de la civilisation, les derniers enfin expriment à ce propos le souhait qu’en toute chose les populations se fient à l’initiative hardie de leurs chefs. Une politique aussi variée ne pouvait manquer d’influer sur l’état d’esprit des administrés. Dans le premier cas ils tremblaient sans y prendre garde ; dans le second, s’ils tremblaient toujours, ils savaient que c’était pour leur bien ; dans le troisième enfin, ils se haussaient à une sorte de terreur empreinte de confiance. Il n’est pas jusqu’à l’usage intempestif des chevaux de poste qui n’exerçât son influence : la vivacité et la fougue des chevaux pouvaient en effet fournir à l’esprit des habitants le plus tonique des exemples…
La
Chronique est due à quatre archivistes successifs. Elle s’étend de 1731 à 1825. Il semble qu’à partir de cette date les archivistes eux-mêmes durent renoncer à toute activité littéraire.
Extérieurement la
Chronique a l’aspect le plus convaincant. Je veux dire qu’aucun doute n’est permis sur son authenticité. Les feuilles en sont aussi jaunes, aussi enluminées de gribouillages, aussi rongées des souris, aussi déshonorées par les mouches que les feuillets de n’importe quel monument du « Fonds Pogodine ». On le sent bien, une sorte de Pimène archiviste a veillé sur ces folios. A la lumière tremblotante d’une chandelle il a mené son œuvre à bien, puis il a su la préserver de l’universelle curiosité de MM. Choubinski, Mordovtsev et Melnikov.
L’ouvrage est précédé d’un appendice particulier, ou « liste », composé semble-t-il par le dernier chroniqueur. En annexe se trouvent les documents justificatifs. Ce sont les cahiers d’écolier remplis d’exercices originaux sur divers thèmes de théorie administrative. On trouve ainsi des réflexions sur « l’unanimité des gouverneurs en matière d’administration », sur « l’agrément de figure des gouverneurs », sur « le bénéfice moral de la répression » (illustré), ainsi que des méditations « sur le recouvrement des impôts », sur « le temps des vicissitudes », et enfin un assez vaste traité « de la sévérité ». On est en droit d’affirmer que ces exercices sont dus à la plume de divers gouverneurs, dont certains ont du reste signé ces ouvrages. ils ont la particularité précieuse de refléter très fidèlement l’orthographe du temps et de peindre leurs auteurs d’une façon plus complète, plus probante, plus colorée que les récits de la
Chronique.
Quant au texte lui-même, il est essentiellement fantastique. Certains passages peuvent même en paraître invraisemblables en notre temps de lumières : ainsi l’histoire parfaitement absurde du gouverneur « Boîte à musique », ou ce récit qui nous montre un gouverneur volant dans les airs. Ailleurs encore, on nous conte qu’un gouverneur avait les doigts de pieds tournés en arrière et qu’il faillit de ce fait sortir des limites prescrites à sa fonction. L’éditeur ne s’est pas cru autorisé à cacher ces détails. Bien au contraire, il pense que l’existence de pareils faits révélera clairement au lecteur l’abîme qui le sépare de ces temps reculés. Il considère en outre que l’allure fantastique de ces récits n’enlève rien à leur valeur pédagogique et administrative. La fougueuse assurance du « gouverneur volant » peut encore de nos jours offrir un avertissement salutaire à tous les fonctionnaires qui souhaitent ne point se voir destituer avant l’heure.
Dans tous les cas, pour éviter les interprétations tendancieuses, l’éditeur se croit tenu de préciser que son seul travail a consisté à corriger le style lourd et désuet de la
Chronique, et à consacrer à l’orthographe l’attention qui lui est due. Il n’a rien changé au texte de la Chronique. De la première à la dernière minute il n’a jamais perdu de vue la redoutable figure de Michel Pétrovitch Pogodine. cela peut suffire à suggérer l’état de tremblant respect dans lequel il a accompli sa tâche.

Nous pourrions continuer, tant le texte, dans son entier, est savoureux. Non seulement savoureux, mais, comme nous l’avons déjà mentionné, hautement instructif sur la constance des âmes que la place caractérise. Le haut et le petit fonctionnaire, le militaire, le plébéien… La caricature illumine, cruelle de justesse, hilarante d’absurdité, désespérante de continuité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *