Le caractère dans la géopolitique

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur la géopolitique.

On parle communément de géopolitique en omettant le caractère des hommes alors que ce critère est au sommet des déterminants. Certes la géopolitique influence les caractères, mais ceux-là conditionnent sa mise en place et son maintien.

Avant que la géopolitique n’ait une influence sur le caractère il faut que ce dernier affirme certaines qualités, non seulement dans sa mise en scène, mais jusqu’à sa réalisation et son entretien. Or, le caractère est chose complexe. Il émerge par bien des facteurs pour faire race dans une conception générationnelle du temps.

Si la discipline semble un sujet curieux pour un éditeur, c’est parce que la paideïa n’est plus comprise. L’histoire de l’individu et l’histoire du peuple se rencontrent pour fertiliser l’imagination qui n’est elle-même que la mèche du destin.

Le caractère, c’est en quelque sorte la vision sédimentée, assurée, d’un chemin. Un chemin qu’emprunte nombre de générations… Un chemin qui contraint, nécessairement, mais un chemin qui organise, en la concentrant vers une direction, une masse devenue énergétique. C’est cette masse, caractérisée par sa volonté mise en mouvement, qui construit durablement sa géopolitique.

Sans partage, point de salut. (La dictature de soi est totalitaire.) L’édition devrait retrouver ce rôle civilisationnel qu’incarnait la paideïa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *