L’objet oublié du livre

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur le livre.

Avec l’imprimerie, à la conservation des idées succède la diffusion, et finalement moins les idées que la mise en évidence des auteurs. Car, avec la notoriété, vient l’enrichissement. Toute une industrie de montrage (on s’épargnera ici du terme anglais) s’érige sur les technologies de publicitage. Parmi d’autres, un inconvénient : on croit que le livre sert à se faire connaître, à gagner de l’argent. Avant tout, c’est le procédé de préservation que la nature utilise que l’homme s’est approprié là : le clonage. L’idée, si volatile, se trouve protégée de la déviance par la matérialisation et de la disparition par la multiplication.
Avec la mercantilisation de l’édition, non seulement les idées jugées non rentables sont rejetées, mais, acceptées, elles deviennent la propriété de l’éditeur qui peut faire d’elles ce qu’il veut.
Beta-Oblique s’inscrit dans la voie primitive de l’édition qui consiste à préserver l’idée matériellement au profit du seul auteur et organiser sa propagation à partir de son épicentre.
En particulier, nos éditions visent à remplacer la parole dans la difficulté qu’elle rencontre à diffuser des formulations complexes. Là où elle échoue, donner un livre qu’on ouvre et reprend quand bon nous semble demeure la solution la plus élégante.
Condamner la possibilité de ce don au prétexte qu’il ne « ferait pas d’argent » est donc criminel du point de vue de la vie des idées.
Quant à la ligne éditoriale de Beta-Oblique, elle est aussi peu restrictive que possible : « à la recherche d’un langage commun d’exception » traduisant sa visée diplomatique.

Retirer et rencontrer

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente sa maison.

Beta-Oblique sous le signe de l’aventure

Beta-Oblique accueille ses visiteurs en son siège social.

  • Pour retirer des ouvrages
  • Pour discuter d’une publication ou d’un événement
  • Pour découvrir livres ou auteurs

[Afin d’éviter un éventuel contretemps, veuillez prévenir de votre venue, par courriel par exemple.]

Des homélies pour l’esprit

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une innovation pour le livre.

Beta-Oblique ne s’en cache pas : son objectif est de rendre à l’époque de l’intelligence. A cette fin, le chef de famille devrait refonder un rite. Pour l’y aider, nous avons produit des éditions sans idée lucrative, ce qui permet aux auteurs de ne pas se voir refuser la publication pour raison commerciale. Bien entendu, une autre catégorie se trouve concernée : le lecteur. C’est pour ne pas la voir disparaître que la troisième catégorie est instituée : le publicateur. Celui-ci sait parler parce qu’il a quelque expérience de la vie et qu’à la lecture de tel livre des idées lui sont parvenues. Notées au fur et à mesure de la lecture avec les références des pages qui ont suscité ces pensées, l’enregistrement sonore peut alors nous être envoyé (ex-machina a cet objet). Dès lors, des causeries autour des livres les enluminent tout en fondant, potentiellement, les bases d’un rituel familial à l’occasion duquel l’esprit des jeunes enfants pourra être marqué, voyant le livre par le prisme de l’intérêt que ses parents lui portent. Car, livre en mains, ceux-ci peuvent éventuellement suivre les passages relevés par les commentateurs en ce lieu. Tel peut être l’esprit des homélies ; car, après tout, c’est bien à l’esprit qu’on rend ainsi hommage…

leparsurtitreauteur
211018RMCL02Entre France et RussieCompoint
020919RMBR01Du MaintienMaginot
Homélies réalisées (en face 2 ; hormis les présentations de chacun des titres en face 1)
Ici, les parutions s’égrènent dans l’ordre chronologique. Auteurs, titres, collections et bien sûr l’illustration emblématique des titres distinguant nos éditions apparaissent dans cette galerie.
En appuyant sur une illustration de titre, l’on accède à quelques détails comme la catégorie. Mais en appuyant encore au centre, l’on accède aux enregistrements. Bien sûr, la flèche en haut à gauche permet de revenir à la galerie tandis que les flèches en bas à droite permettent de passer d’un titre à un autre.
Les informations sonores se présentent sous forme de tourne-disque. La face A démarre automatiquement ; elle dit la quatrième de couverture ainsi que la préface. Le symbole en bas à gauche permet de retourner le disque ; la face B présente, lorsqu’il y en a, les « homélies ». La lecture n’est ici pas automatique, il convient d’appuyer sur le symbole en bas à droite. A tout moment il est possible de saisir le bras de lecture pour le positionner à un endroit quelconque du disque. Son avancée par rapport au centre dit la longueur totale de l’enregistrement.

Beta-Oblique et Amazon ; le prix unique

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une innovation pour le livre.

Nous n’avons pas de position radicale sur ces questions d’entités monopolistiques. La centralisation et le monopole ont leurs avantages. Mais aussi leurs risques. D’un point de vue pragmatique, nous supposons que le réflexe de recherche d’ouvrage sur Amazon résulte d’une habitude, liée pour une part à la facilité (on peut tout y trouver) et d’autre part à la possibilité de bénéficier d’envois gratuits.

Mais cette gratuité n’est qu’apparente, l’éditeur ou l’auteur devant payer un abonnement, l’ensemble se répercutant sur le prix de vente (avec une redistribution des marges). Il y a donc une question de principe. Les services performants coûtent, réduisant les marges dont seules les grandes enseignent peuvent se satisfaire. Or les grandes enseignes dont certains éditeurs font partie, peuvent se permettre d’imposer des contrats léonins aux auteurs.

Cette logique est en lien avec la physique gravitationnelle. Nous pensons que les trous noirs peuvent déboucher sur d’autres univers, mais il y a doute. Ils signent peut-être une fin de vie. Le féodalisme a ses défauts, mais il offre la possibilité de trouver chaussure à son pied. Et puis, il est bon parfois de tenter de briser quelques habitudes pavloviennes…

Par exemple, Beta-Oblique a parmi ses singularités celle de vendre ses ouvrages à prix unique. 120 pages ou 520 pages, c’est tout un. Pourquoi ? Parce que la qualité a un prix que le facteur quantitatif ne doit pas oblitérer ; et parce que la culture doit se proposer au coût le plus juste pour toutes les bourses. C’est pourquoi nous avons conclu que 15€, avec 5€ pour les auteurs et 5€ pour les « publicateurs » (ou 10€ pour l’auteur jouant les deux rôles) était raisonnable. Mais cela implique de revoir la copie de la distribution, c’est-à-dire des intermédiaires qui s’immiscent dans la culture, dans l’intelligence…