Le civisme

.

.

.

.

.

.

Déclaration du droit de l’homme : chacun a droit aux moyens de l’apaisement des échanges pour faire son intelligence. Dans cette optique, Beta-Oblique présente une réflexion sur les mots.

Un des chevaux de bataille de Beta-Oblique est la promotion du Civisme. Ce nom a quelque chose de galvaudé à notre époque puisqu’il est souvent synonyme de bonnes manières et de respect de la loi. Pour les plus anciens il va de soi, mais n’est pas pour autant compris dans toute sa mesure. Pour les plus jeunes, il n’est qu’une étiquette légère attachée à un obscur enseignement des cycles primaire et secondaire.

Pourtant, le Civisme est la marque même notre civilisation. Il est en quelque sorte un particularisme de notre culture française.

En effet, nous parlons le Latin : le Latin français. Cette idée déjà n’est pas évidente, mais notre langue n’est rien d’autre que le Latin vulgaire transformé par l’accent gaulois auquel s’est ajouté une influence grammaticale et lexicale franque. Notre pensée repose donc sur ces piliers historiques, dont le plus antique et reconnaissable, est celui de Rome.

Ce que nous appelons en Français « civisme » est un dérivé de notre « cité », civitas en Latin. Le débat étymologique autour de ce nom est complexe, mais on peut reconnaître le thème de la proximité *ki dans la première syllabe du nom. Nous pouvons alors restituer cette chaîne :

  • La civitas est ce qui réunit le civis, « citoyen ».
  • Lui-même n’est citoyen que par sa proximité avec les autres citoyens.

La nature de cette proximité est nébuleuse. En effet, là où les Latins désignent civitas, les autres peuples italiques utilisent tota/touta dont le sens a quelque chose de très restreint puisqu’il évoque, par le redoublement du thème pronominal *te, un ensemble qui se veut particulier. Cette idée, ce nom, perdure jusqu’à présent chez nos voisins Deutschen, les Allemands. A ce sujet, le débat entre Ernest Renan et Joachim Gottlieb Fichte sur ce qui est une nation est éloquent. Le premier voit dans la nation une communauté spécifique par le destin partagé à travers l’engagement, là où le second voit dans la nation une communauté humaine spécifique par essence.

Nous voyons dans le Civisme la fondation même, étymologique, du génie de la société française. Le Civisme est cette force centripète qui permet de créer la Cité. Il est le moyen de faire bloc malgré les différences ethniques, politiques, philosophiques car le citoyen reconnaît dans l’autre citoyen ce proche attaché à son destin historique.

Beta-Oblique se voit donc comme étranger au système communautariste dont la force centrifuge ruine la Cité. De mauvaise foi par essence, puisque subjectif, ce système ne mène en réalité qu’au discours clivant, à l’absence de justice dans la pensée et le propos, et au recul de toute objectivité. C’est pourquoi Beta-Oblique souhaite par son activité promouvoir le Civisme, qui est à la fois la diplomatie entre des Citoyens libres mais aussi la reconnaissance de leur égalité et de leur fraternité dans la Cité.

Charles Thevenin (1764-1838). « La Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, au Champ-de-Mars » (1795). Paris, musée Carnavalet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *